Le vieillissement de la Peau

La structure de la peau

structure de la peau en coupe

Epiderme :

L’épaisseur moyenne de l’épiderme n’est que de 0,1 millimètre. La surface cutanée est recouverte d’une fine couche d’eau et de graisse, le manteau protecteur acide de la peau. La couche superficielle est constituée de cellules mortes kératinisées. On l’appelle aussi la couche cornée. Sous la couche cornée, on trouve plusieurs couches de cellules qui produisent de la kératine; ces cellules se multiplient continuellement et assurent ainsi le renouvellement de la peau. Les kératinocytes migrent progressivement vers la surface de l’épiderme et remplacent les cellules mortes desquamées. Ainsi, tout l’épiderme se renouvelle entièrement en 27 jours. Les substances nutritives sont absorbées à travers la membrane basale, une couche très mince qui sépare l’épiderme du derme, et les résidus métaboliques sont éliminés de la même manière. Les cellules pigmentaires se situent également à ce niveau; elles produisent de la mélanine, un pigment brun qui protège du rayonnement solaire. On y trouve aussi les cellules de défense du système immunitaire.

Derme :

Le derme est formé de deux couches: une couche mince superficielle de tissu conjonctif lâche et une couche sous-jacente plus épaisse de fibres conjonctives résistantes constituées de collagène et d’élastine. Ces fibres sont ramifiées en faisceaux horizontaux et confèrent robustesse et élasticité à la peau. Le derme héberge les vaisseaux sanguins et les fibres nerveuses, qui comprennent des récepteurs à la chaleur, au froid et au toucher, ainsi que des vaisseaux lymphatiques. Ceux-ci font partie du système lymphatique et drainent les germes pathogènes ainsi que les substances nuisibles ou les substances étrangères à l’organisme.

HypoDerme :

L’hypoderme (tissu sous-cutané) est constitué essentiellement de tissu adipeux divisé en lobules graisseux par de fines membranes conjonctives. Lorsque le tissu conjonctif devient flasque, ces lobules graisseux apparaissent sous forme de bosses de cellulite. Les cellules graisseuses protègent du froid et stockent de l’énergie. C’est à ce niveau que se trouvent les vaisseaux sanguins de plus gros calibre, les fibres nerveuses et les racines des poils, de même que les glandes sébacées et sudoripares.

Le vieillissement de la peau

schéma de la peau

Comme tous les organes, la peau est touchée par le processus de vieillissement. Mais contrairement aux autres organes, les changements cutanés qui se manifestent au fil des ans sont visibles. Les signes de vieillissement commencent déjà au début de la trentaine, ou même quelques années auparavant. Tout d’abord, des lignes minces se dessinent entre le nez et la bouche, au niveau des yeux et sur le front. Les mouvements du visage, constamment répétés, déterminent l’apparition des premières rides d’expression: rides péribuccales, plis du front, rides de la patte d’oie. Avec les années, la peau perd de son élasticité car le derme produit toujours moins de fibres collagènes et élastiques. D’où l’affaiblissement progressif du tissu conjonctif et le relâchement de la peau. Ce relâchement entraîne la formation des rides. Du fait de la force de pesanteur, ces rides s’orientent vers le bas, comme le montrent les bajoues et les paupières tombantes.

Si vous êtes à la recherche d’un traitement convaincant pour lutter contre l’apparition des rides sur votre visage, vous pouvez consulter notre page dédiée à la crème dermagen IQ. Ce traitement bien connu aide la peau à se retendre et redonne un aspect plus sain et plus jeune à notre visage.

Diminution de la capacité de régénération cutanée

La capacité de la peau à se régénérer constamment diminue avec l’âge. Chez les personnes âgées, la peau se renouvelle en moyenne deux fois plus lentement, c’est-à-dire en huit semaines environ. C’est pourquoi la guérison des plaies, elle aussi, est ralentie chez les personnes âgées. La diminution progressive de la fonction des glandes sébacées et sudoripares modifie le manteau protecteur acide de la peau. La peau devient plus sèche et plus mince, car elle ne peut plus retenir assez d’eau et de graisses

Diminution de la production hormonale et radicaux libres – l’origine du problème

L’une des causes essentielles du vieillissement est la diminution de la production hormonale. Les hormones telles que l’hormone de croissance (HGH), la testostérone, la DHEA et la mélatonine sont produites en grandes quantités jusqu’à l’âge de 20 ans. Elles permettent d’être en forme, d’avoir un système immunitaire fonctionnel et favorisent le renouvellement cellulaire. Par la suite, la production de ces hormones diminue, ce qui entraîne la diminution progressive des fonctions tissulaires, cellulaires et organiques.

Les radicaux libres constituent une autre cause du vieillissement cutané. Ce sont des parties de molécules (p. ex. l’oxygène) qui se trouvent dans l’organisme. Certaines influences extérieures telles que le rayonnement UV, la nicotine ou un mode de vie malsain les poussent à entrer en réaction. Cela signifie qu’ils recherchent constamment d’autres molécules avec lesquelles ils peuvent se lier. Ils attaquent alors les fibres collagènes, les membranes cellulaires et la couche graisseuse de la peau. Ils altèrent le patrimoine génétique des cellules, de sorte que la qualité des nouvelles cellules de la peau diminue.

Le corps se protège contre ces agresseurs par des systèmes enzymatiques s’opposant à ces réactions d’oxydation (antioxydants). Mais dès l’âge de vingt ans, les mécanismes de défense naturels s’affaiblissent progressivement, de sorte que la peau ne peut plus se défendre toute seule. L’idée de la thérapie anti-ageing moderne repose entre autres sur le principe suivant: contrebalancer les déficits en hormones et en substances antioxydantes lié au vieillissement par l’apport ciblé d’hormones et de vitamines.

Le soleil – ami ou ennemi

Sans la lumière solaire, la vie sur la terre serait impossible. Les plantes ont besoin de la force du soleil pour croître. Les êtres humains, eux aussi, sont dépendants de la lumière du soleil. De nombreuses fonctions de l’organisme sont activées par la lumière solaire, ainsi que les processus correspondants: par exemple la synthèse de la vitamine D3 dans la peau, importante pour la formation des os, la régulation de l’équilibre hormonal et du système immunitaire ainsi que la régulation du rythme veille-sommeil.

Malheureusement, le soleil a aussi ses côtés négatifs. L’excès de soleil est nuisible pour la peau. Le vieillissement de la peau provoqué par la lumière, appelé aussi « photoageing », peut influencer fortement le vieillissement prématuré de la peau. La « mémoire » de la peau enregistre chaque coup de soleil. Même en l’absence d’un coup de soleil visible, les rayons solaires endommagent durablement la peau non protégée. Il est incontestable que les bains de soleil prolongés sans protection cutanée provoquent des rides, affaiblissent le système immunitaire et, dans le pire des cas, peuvent provoquer des cancers de la peau.

Le rayonnement solaire est composé de différents éléments: le rayonnement infrarouge (IR) dispensateur de chaleur, le rayonnement visible (la lumière) et le rayonnement ultraviolet (UV).

Les UV-A (UV à ondes longues) provoquent un bronzage rapide mais de courte durée. Ils ont une importance décisive dans l’accélération du vieillissement cutané et la formation des rides, car ils pénètrent profondément dans le tissu conjonctif du derme où ils endommagent les fibres collagènes et élastiques. Bien que les UV-A ne provoquent pas de coups de soleil, on sait aujourd’hui qu’ils sont cancérigènes.

Les UV-B (UV à ondes moyennes) sont plus énergétiques et agressifs que les UV-A. Ils ne pénètrent que dans l’épiderme, où ils provoquent les dangereux coups de soleil et leurs conséquences potentielles sous forme de cancer de la peau. Un coup de soleil signale incontestablement une lésion de la peau. Les coups de soleil sont particulièrement dangereux chez l’enfant. Les UV-B stimulent en outre les cellules pigmentaires qui produisent la mélanine, ce qui provoque le bronzage tant désiré. Le bronzage dû aux UV-B est d’apparition lente, mais de longue durée. Comme les UV-A, les UV-B accélèrent le vieillissement précoce de la peau et la formation des rides.

Les UV-C (UV à ondes courtes) sont les plus agressifs. En général, ils ne parviennent pas jusqu’à la surface de la terre, car ils sont stoppés par la couche d’ozone. Du fait de l’extension du trou d’ozone, les rayons UV-C nous parviennent en quantités toujours plus grandes. Les UV-C peuvent provoquer des dégâts cellulaires massifs et sont hautement cancérigènes.

 

Laisser un commentaire