The narcissistic fashion report #79

15 personnes aiment cet article.

J’entends souvent des réflexions ci et là «si j’avais un sac à X€, je ne le porterais pas tous les jours » ou « des bottines en daim sous la pluie ? ARE YOU KIDDING ME » ou toute autre remarque sur le fait de porter ou non des vêtements de bonne facture dans des évènements insignifiants et/ou, ô horreur, dans la vie de tous les jours.

Le fait d’acheter des articles de luxe, des choses de qualité et qui nous font plaisir est un luxe suffisant pour pouvoir en profiter chaque jour, sans les laisser sous clé. J’aime cette phrase rapportée par Loïc Prigent : « Elle porte du Chanel comme si c’était du Monoprix et du Monoprix comme si c’était du Chanel », c’est comme ça que j’envisage la mode. Voir vieillir ses objets précieux (et je ne parle pas là que du prix), est un vrai plaisir: quoi de plus joli qu’un perfecto usé par le temps ou qu’un jean porté et reporté à l’extrême?

Assez paradoxalement je n’aime pas acheter des vêtements en friperie, peut-être que je ne suis pas attirée par les coupes ou les motifs, ou que j’aime être la première à posséder l’objet. Il est donc rare que je jette mon dévolu sur un sac vintage bien qu’adorant ces cuirs déjà abimés par le temps. Pourtant … cet ancêtre du classic box (Céline) date des années 70/80-on-ne-sait-pas-trop le début d’une nouvelle collection de sacs vintage?

Veste Mango – t-shirt Gap – jean Levis – escarpins Rupert Sanderson via Département du Luxe – sac Céline

Photos Réjane

The narcissistic fashion report #78

28 personnes aiment cet article.

Manteau Uniqlo x Inès de la Fressange (offert) – chemise H&M – jean Gap – Escarpins Rupert Sanderson via Département du luxe - sac YSL – lunettes Rayban